Alerte mousses contaminées : pas de risque pour la santé

16 novembre 2017

 

La situation

Certains matelas fabriqués du 25 août au 6 octobre 2017 ont été produits avec une mousse non conforme : les mousses polyuréthane contenaient du dichlorobenzène.  De nombreuses marques ont été impactées car elles utilisent le même fabricant, BASF. 

L'industrie et les consommateurs peuvent être rassurés : l’Agence nationale de sécurité sanitaire, l’Anses, a émis un avis indiquant que les matelas contenant des mousses contaminées ne présentent pas de risques pour la santé des consommateurs.

Ces mousses vont-elles être remises en vente ?

Oui. La fabrication et la vente des matelas en mousse avaient été suspendues début octobre. Mais depuis, la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) a autorisé les fabricants à reprendre leur production et remettre en vente les matelas qui avaient été retirés des stocks. La DGCCRF s'appuie en effet sur l'avis de l'Anses pour affirmer qu’il « n’y a pas lieu de maintenir le retrait des mousses et produits finis fabriqués avec la matière première défectueuse ».

Que faire si vous préférez éviter ces modèles ?

Si vous préférez toutefois éviter ces modèles, deux solutions : vérifier les labels ou choisir une marque n'intégrant pas ce composant.

En effet, bien que la vente des ces matelas soit autorisée, la Répression des fraudes contraint cependant les fabricants de ces matelas contaminés à ne pas les vendre sous les labels Oekotex et Certipur, compte tenu des teneurs trop élevées en dichlorobenzène. Si vous souhaitez éviter les modèles impactés, choisissez donc les matelas labellisés Oekotex et Certipur.

L'alternative s'offrant à vous est tout simplement d'opter pour les marques ne se fournissant pas auprès de BASF (Tediber) ou qui ont indiqué que leurs matelas ne font pas partie de la production impactée par cette crise (BrunoEve et Simba).

HAUT